Aller au contenu

Une nouvelle direction à la tête de microStart !

Publié le

 

"Notre modèle est fondé sur l'apport de bénévoles"

 

Depuis le 1er avril, deux nouveaux visages sont à la tête de microStart: Emmanuel Legras, un Français qui travaille dans la microfinance depuis plus de 15 ans, et Dirk Dewitte, qui possède une vaste expérience du monde bancaire après une longue carrière chez BNP Paribas Fortis. Dixit Today les a rencontrés.

 

Fondé en 2011 par l'Association pour le droit à l'initiative économique (ADIE), BNP Paribas Fortis et le Fonds européen d'investissement, microStart est la plus importante institution de microcrédit professionnel en Belgique. "Le principal héritage de mon prédécesseur, Patrick Sapy, et de ses équipes, il est là: microStart est solidement ancré dans le paysage économique du Royaume et jouit d'une belle notoriété tant dans le monde bancaire qu'institutionnel. C'est le gage d'un soutien pérenne indispensable de la part de nos financeurs", affirme Emmanuel Legras, son nouveau CEO. 

Les chiffres sont bons, mais…
Sa notoriété, microStart la doit aussi à de très bons résultats: en neuf ans, il a injecté plus de 30 millions d'euros dans l'économie du pays via l'octroi de prêts de 500 à 15.000 euros à plus de 4.300 entrepreneurs exclus du système bancaire classique. Avec un taux de réussite considérable, de surcroît, puisque 75% des petites entreprises nées de ce soutien tiennent toujours debout trois ans après leur création; un pourcentage supérieur au taux national toutes entreprises confondues, qui plafonne à 60%. 
 
"Pour autant, en Belgique, le marché de la microfinance reste embryonnaire", poursuit Emmanuel Legras. "Chaque année, l'ensemble des acteurs du microcrédit ne parvient à toucher qu'environ 1.000 personnes, alors que le marché potentiel est de plus de 50.000! La marge de progression est donc énorme, les besoins de la population sont importants, et il nous appartient de trouver les bons leviers stratégiques et opérationnels pour continuer à étendre notre réseau et toucher davantage de monde."

Pensez à microStart!
Pour ce faire, l'organisme de microcrédit a évidemment besoin de l'aide de ses partenaires. Dont BNP Paribas Fortis. Et si le partenariat se porte bien et continue de se renforcer (voir plus bas), il subsiste quelques points d'amélioration. 

"Récemment, je suis allé faire une présentation à Anvers, dans les locaux de la banque, et j'ai été surpris de constater que nous manquons encore de notoriété au sein du staff de BNP Paribas Fortis", regrette Dirk Dewitte, Deputy CEO de microStartdepuis le 1er février. "C'est évidemment un point sur lequel nous souhaitons travailler. Idéalement, il faudrait que les agences de la banque acquièrent le réflexe de nous envoyer les clients qui ne sont pas éligibles pour un crédit bancaire classique. Nous voudrions collaborer plus étroitement avec Retail Banking, pour que microStart fasse partie du package 'produits' des clients de la banque, ou pour mettre en place un système de notification automatique sur les écrans des conseillers commerciaux lorsque le profil de leur interlocuteur est susceptible de correspondre à celui d'un client microStart." 

 

Vos compétences valent de l'or
Aujourd'hui, microStart s'appuie sur une trentaine de salariés répartis entre son siège, situé à Anderlecht, et ses agences d'Anvers, Bruxelles, Gand, Charleroi et Liège. Mais aussi sur un réseau d'environ 150 bénévoles particulièrement actifs, dont les deux tiers sont issus du secteur bancaire. "Notre modèle est fondé sur l'apport de bénévoles", acquiesce Emmanuel Legras. "Sans eux, nous ne pourrions pas fonctionner. Parce que le soutien de microStart, ce n'est pas que du microcrédit. C'est aussi du coaching, des formations (marketing, gestion financière, administration, communication, etc., ndlr) et tout un accompagnement qui sont gratuits. Nous essayons donc de faire en sorte que chacun de nos salariés soit entouré de quatre à cinq bénévoles aux compétences complémentaires, pour former des équipes intégrées capables de répondre aux besoins de nos clients."

Un programme pour les réfugiés, et un prêt engagé
Comme nous l'écrivions plus haut, le partenariat entre BNP Paribas Fortis et microStart ne cesse de se renforcer. 


"Notamment par le volet philanthropique", confirme Emmanuel Legras. "Historiquement, le soutien apporté par BNP Paribas Fortis Foundation consistait principalement à nous offrir de la visibilité sur ses événements, et à communiquer vis-à-vis de son réseau d'associations. Mais depuis un peu plus d'un an, la fondation nous octroie aussi des subsides et s'investit directement dans certains de nos projets. Le programme destiné aux réfugiés en est un bel exemple. Quand ils arrivent en Belgique, les migrants ont besoin d'être informés et coachés afin de réussir leur intégration et leur inclusion économique. Nous avons donc créé un package de produits et services appelé 'Entreprendre sans frontières' et recruté des Community Officers qui leur sont dédiés." Mais ce n'est pas tout. Il y a quelques semaines, microStart et BNP Paribas Fortis ont également lancé le 'prêt engagé'. "Il s'agit d'un produit de cofinancement", explique Dirk Dewitte. "Qui vise les microentrepreneurs qui ont besoin d'un peu plus que les 15.000 euros que nous pouvons leur prêter et que la banque a envie de soutenir elle aussi, en complétant le crédit. Il concerne actuellement une dizaine d'entrepreneurs, et c'est un produit dans lequel nous croyons beaucoup."

'Il faut quitter le modèle start-up' 
Quoi qu'il en soit, la nouvelle direction de microStart vient d'arriver mais a déjà des idées plein la tête: plusieurs autres projets sont en effet en phase d'expérimentation. Dont un programme de soutien à l'entrepreneuriat féminin, et le 'microcrédit scale-up' – qui a pour vocation le changement d'échelle des activités du microentrepreneur via l'octroi d'un crédit de 25.000 euros.

"Notre conviction à tous les deux, c'est que microStart doit quitter le modèle de start-up selon lequel il fonctionnait jusqu'ici, et se professionnaliser un peu. Grâce à une organisation plus proche du terrain et plus efficiente, en garantissant une parfaite équité de service aux quatre coins du pays, et en modifiant un peu notre mode de gouvernance et notre statut juridique, comme la nouvelle loi des sociétés nous l'autorise. Ce sont des thèmes sur lesquels nous sommes en train de réfléchir", conclut Emmanuel Legras.

 

Lien de l'article  >  cliquez ici

 

 

 

Sponsors & Partenaires

  • BNP Paribas Fortis
  • Adie
  • AG Insurance
  • Europe Investiment Fund
  • Partena Professionnel
  • Securex
  • Actiris
  • VDAB
  • Le Forem
  • ESF
  • Accenture
  • Agentschap Innoveren & Ondernemen
  • Région de Bruxelles Capital
  • Région Wallonne
  • Gent
  • PMV
  • Fondation AnBer
  • Fondation Bernheim
  • Youth Business International
  • Funds for goods
  • 1918
  • ING
  • JCDecaux